LMSudPresse 400x400 P1 / Marloie doit se remettre en question

Servais fait le point sur le 1er tour de son club
Jean-Marie Gérard - La Meuse Luxembourg, le 2 décembre 2017.

«Quand on aborde un match, on n’est pas serein comme on pourrait l’être», explique le médian.

Marloie grimpe petit à petit au classement de la P1. Si le début de championnat des Marlovanais n’a pas été à la hauteur de ce qu’on pouvait attendre du Marloie « new-look », Grégory Servais, leur meneur de jeu, a une explication qui tient la route.

Greg, la situation commence à se décanter en tête de la P1. Si l’on excepte Chaumont que personne n‘attendait là, certains prétendus favoris, dont Marloie, montrent enfin le bout de leur nez.

Tout à fait mais il a fallu attendre la mi-championnat. Et jusqu’à présent personne n’assure. Chaque week-end, n’importe quelle équipe peut être battue par pratiquement tout le monde. Et à mon avis, ces petites surprises vont se répéter de semaine en semaine. Des équipes comme Ethe, Oppagne… et surtout nous, ne sommes sûrs de rien. Pour notre part, on manque de constance et quand on aborde un match, on n’est pas sereins comme on pourrait l’être. On n’est au-dessus de personne, loin de là.

Heureusement, Meix a le « bon goût » de faire un peu du sur place pour le moment, peut-être pour conserver le suspense intact…

Oui et pourtant au niveau de la qualité de jeu, Meix est plus fort que les autres, il n’y a pas photo. Le désavantage qu’ils ont, c’est qu’ils jouent chaque week-end contre des équipes qui ne veulent pas perdre, si l’on excepte Ethe et nous autres. Et pour nous, c’est peut-être un défaut de « jouer le jeu » contre eux parce qu’on accepte le jeu alors qu’on devrait sans doute nous aussi le refuser. Maintenant, on n’a pas les armes pour jouer de la sorte. Et c’est ce qui nous coûte des points depuis le début de saison en sortant trop ou en jouant trop haut et on se fait « couillonner ». Ceci dit, Meix est au-dessus du lot cette année.

Vous étiez dans une bonne série jusqu’à samedi où à nouveau, vous perdez contre Champlon. C’est vraiment votre bête noire ?

Sur ce dernier match (NDLR : que Greg n’a pas joué, étant suspendu), on a sorti une bonne première période où on leur a été supérieurs. Et puis Champlon a joué une très bonne seconde période. Ils ont pris le dessus dans l’impact physique et ont joué… comme ils devaient jouer, c’est-à-dire en nous attendant. On est rentré dans leur jeu en essayant de sortir tous azimuts. Et eux ont deux occasions en fin de match et ils en concrétisent une à l’ultime minute. Chapeau à eux, mais je dirai que si on avait l’envie que Champlon a à tous les matches, on aurait cinq ou six points de plus.

Que faudrait-il améliorer dès lors ?

Il faut une remise en question de tout le monde. On monte sur le terrain en pensant que ça va aller, que Patou (Patrick Collin) qui pour le moment fonctionne très bien, va sortir un coup d’éclat et nous mettre devant au score. Mais quand on est mené comme à Chaumont et qu’on doit faire le jeu, là, on ne parvient pas à faire les efforts pour créer les brèches pour le copain. Les efforts qu’on fait sont trop individuels. On ne joue pas assez en fonction du coéquipier.

Marloie va mieux mais comment expliquez-vous ce démarrage plus que chaotique ? Y a-t-il eu trop de pression sur certains joueurs de Marloie pour qui ce statut de possible favori était nouveau ?

On est tous à mettre dans le même sac. C’est vrai que quand on fait venir quatre gars de Champlon qui ont joué le tour final ou encore un gars comme Sébastien Grégoire et avec en plus de bons jeunes très prometteurs, on pense que d’office, ça va aller. Mais non, ça prouve que le foot reste un sport d’équipe et à Marloie, quand tout le monde tire sur la même corde, on a une équipe intéressante, mais quand il y en a quatre ou cinq qui oublient les bases, à savoir l’envie, le jeu simple, l’engagement, on devient une équipe très moyenne, capable de perdre contre n’importe quelle équipe.

Fruytier

GreenEnergy1

verandas4s logo

Bricolux